Observatoire National des Marchés Publics (ONMP) - Tunisie : Appels d'offres, lois, décrets, arrêtés
English | عربي
Lundi 28 Septembre 2020 / 04:38 Accueil Plan du site
 Actualités   Plans Prévis.   Appels d'offres   Résultats   Décret M.P.   Réglementation   Intervenants   FAQ   Liens   Contact 
Espace abonnés
Login
Mot de passe
  

Espace utilisateur public
Login
Mot de passe
  Comment s’inscrire ?
 
Actualités
Liste des actualités    actualité

L'ASECTU, prête à apporter son soutien pour la réussite de la transition économique en Tunisie -  26/04/2011 


L'Association tunisienne des économistes tunisiens (ASECTU) a organisé, mardi, à Tunis, une conférence de presse pour présenter le colloque que l'association organisera, les 2 et 3 mai prochain, à la cité des sciences, à Tunis, sur le thème "La transition économique en Tunisie".

Selon MM. Mohamed Haddar, président de l'ASECTU et Ridha Gouia, secrétaire général de l'association, l'objectif de cette manifestation est de sensibiliser à l'enjeu de la transition économique dans la réussite des transitions politiques.

"La réussite de la transition démocratique en Tunisie n'est pas garantie sans une transition économique et sans une réflexion sur les pistes de sortie d'une économie de corruption à une économie de création, d'innovation et de croissance", a déclaré M. Haddar.

Le colloque, qui réunira des experts internationaux de différentes expériences historiques de "transitions démocratiques", permettra, selon les membres de l'ASECTU, de définir, après avoir passé en revue plusieurs expériences internationales, des pistes pour une transition réussie en Tunisie qui va au delà du politique pour toucher, en profondeur, les dimensions économiques et sociales.

Universitaires et praticiens travaillant dans les institutions publiques et privées à vocation économique, les membres de l'ASECTU, estiment que le colloque du mois sera l'occasion de débattre d'enjeux économiques "qui n'ont pas eu leur place dans les débats en Tunisie".

Les leçons à tirer des expériences internationales devraient servir à soutenir le gouvernement actuel et "pourquoi pas les partis politiques à élaborer des programmes économiques efficaces", ont-ils dit.

L'association envisage, par ailleurs, d'organiser une table ronde et des débats, en juin, avec des représentants de partis politiques pour prendre connaissance de leurs programmes économiques et informer les citoyens des orientations dans ce cadre.

Intervenant à cette conférence, Mme Samira Chaker Kriaa, vice-présidente de l'ASECTU, a évoqué la nécessité de réfléchir, pour le moment, à un redressement de l'économie tunisienne avant de passer à sa restructuration.

Un autre membre de l'ASECTU, Abderrahmane Lagha, universitaire à l'ISG (Institut Supérieur de Gestion), chercheur associé au Forum des recherches économiques du Caire (Economic Research Forum), a suggéré le renforcement du rôle de la femme, notamment, rurale, à cette transition économique, évoquant les expériences réussies de la Grande Bretagne et de l'Inde dans ce domaine.
Il s'agit, entre autres démarches, de permettre à la femme d'occuper des postes sur le plan local (Imadas, conseils régionaux, associations de développement régional et local…).

Une telle démarche, a-t-il dit, permettra de réduire les inégalités, de garantir une bonne gouvernance et une gestion transparente des allocations destinées au développement régional, étant donné que les femmes se sont avérées, selon plusieurs études, moins corrompues que les hommes et plus engagées à garantir un meilleur investissement dans le capital humain (éducation des enfants, gestion des ressources de la famille…).